Partager sur

32 mares supplémentaires restaurées dans sept communes des Vallées du Haut-Anjou

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. 32 mares supplémentaires restaurées dans sept communes des Vallées du Haut-Anjou
Publié le 15/01/2024
  • Environnement

À l’automne dernier, la Communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou a entrepris des travaux de restauration sur 35 mares bocagères supplémentaires dans sept communes du territoire. Ces travaux s’inscrivent dans le plan d’actions « Territoire Engagé pour la Nature » des Vallées du Haut-Anjou (2021-2023) reconnu par l’Office Français de la Biodiversité. En effet, la collectivité mène une politique ambitieuse dans ce domaine depuis 2018. Les travaux ont été réceptionnés fin décembre.

La CCVHA vient d’achever les travaux de restauration de 32 mares bocagères situées sur 7 communes de son territoire :

  • 15 situées sur la commune des Hauts d’Anjou (6 à Champigné, 3 à Querré, 3 à Cherré, 1 à Châteauneuf-sur-Sarthe, 1 à Marigné et 1 à Brissarthe),
  • 10 situées sur la commune de Val-d’Erdre-Auxence (6 à la Cornuaille et 4 au Louroux-Béconnais),
  • 3 à la Pouëze à Erdre-en-Anjou
  • 1 à Grez-Neuville
  • 1 au Lion d’Angers
  • 1 à Thorigné-d’Anjou
  • 1 à Sceaux d’Anjou

Des opérations de curage, reprofilage des berges, abattage, élagage et débroussaillage ont été menées au cours de l’automne afin de remettre en état ces mares et favoriser la reconquête de la biodiversité. Des suivis auront lieu pour évaluer les bénéfices des travaux sur ces écosystèmes. Ces opérations sont accompagnées sur le terrain par l’association EDEN qui intervient en qualité d’assistant à maîtrise d’ouvrage pour l’organisation des chantiers et les suivis naturalistes. Les travaux sont réalisés par l’entreprise Moreau.

Le coût des travaux pour la restauration des 32 mares s’élève à 58 000€ HT financé à 30% par l’Agence de l’eau Loire Bretagne, 30% par l’Europe (FEDER) et 20% par la Région Pays de la Loire. Depuis 2018, 103 mares bocagères ont été restaurées sur le territoire de la CCVHA. Cette opération se poursuit sur la période de 2024 à 2026 avec un rythme de 15 nouvelles mares à restaurer chaque année. Ces travaux s’inscrivent dans le Contrat Territorial Eau des Basses Vallées Angevines et de la Romme (2024-2026).

Un programme ambitieux qui porte ses fruits

Objectifs de ce programme : préserver les ressources naturelles et les paysages des Vallées du Haut-Anjou, soutenir la biodiversité, contribuer au bon fonctionnement des milieux naturels.

En 2018, la CCVHA a lancé un programme ambitieux de restauration de ces mares bocagères, souhaitant ainsi sauvegarder les milieux naturels ainsi que le patrimoine rural caractéristique des Vallées du Haut-Anjou. Les mares jouent un rôle fondamental pour la biodiversité et dans la capacité du territoire à s’adapter aux changements climatiques. Ces restaurations permettront, à terme, d’améliorer l’efficacité des mares bocagères pour la gestion de la ressource en eau, la qualité de l’eau, et la préservation de la biodiversité spécifique de ces milieux. Lors des suivis de la faune et la flore, l’association EDEN a pu observer une augmentation significative du nombre d’espèces qui ont recolonisées les mares, un an après les travaux. Sur un échantillon d’une trentaine de mares, les inventaires ont permis de constater, en moyenne, l’apparition de 2 espèces supplémentaires d’amphibiens, 6 de libellules et 11 de plantes hygrophiles.

À ce jour, toutes les mares publiques du territoire qui pouvaient être restaurées ont bénéficié d’une campagne de travaux. Les propriétaires et exploitants agricoles qui possèdent une mare bocagère à restaurer et souhaitent s’intégrer à ce programme peuvent contacter l’Association EDEN par téléphone au 02 41 77 07 59 ou par mail à a.rousseau@eden49.com.